Mirandol (3/5) Réalités virtuelles et vrais problèmes

Je suis sûre qu’il l’a fait exprès. Quand on montre une vidéo comme ça à des sociologues, ces sceptiques professionnels, ces passionnés du désossage des certitudes et des normes qui tombent sous le sens, on risque assez peu de déclencher un enthousiasme débridé. Pourtant, pour les petits profanes comme vous et moi, le Human Brain Project fait plutôt rêver :

 

Si la vidéo ne s’affiche pas, vous pouvez mettre à jour votre lecteur Flash ou cliquer ici pour la regarder sur le site de Youtube.

« Le cerveau est toujours une grande inconnue » rappelle Gérard Escher, conseiller auprès du président de la prestigieuse école polytechnique fédérale de Lausanne. Pour sa première rencontre avec des sociologues vivants, il est venu jusqu’à Mirandol (rappel pour ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents : on est à des heures de route au travers de la France profonde) pour présenter le Human Brain Project, aux ambitions colossales. Dix ans de travail divisé en 150 work packages, un milliard d’euros de budget, des centaines de chercheurs européens impliqués dans le projet, dans le but de remédier à notre ignorance encore crasse du fonctionnement réel du cerveau humain.

IMG_0387Mais pourquoi dépenser autant d’argent ? Parce que trente millions d’articles scientifiques ont déjà été publiés en neurosciences ; parce que l’Union européenne estime qu’on a déjà dépensé cent milliards d’euros sur les maladies neurologiques sans rien résoudre définitivement, et que ça ne risque pas de s’arranger avec une population qui vieillit. Parce que si on comprend enfin comment fonctionnent les milliards de neurones de notre cerveau, on pourra concevoir des ordinateurs plus efficaces et plus puissants.

Alors, vous êtes convaincus ? L’assemblée de Mirandol, elle, non. Les questions fusent. Vous croyez vraiment que c’est à coup de budgets mirobolants que vous arriverez à résoudre un problème aussi complexe (alors que moi, dans mon université, on n’arrive pas à payer le remplacement des fenêtres cassées) ? N’est-il pas dangereux de faire de telles promesses, au risque de décevoir tout le monde si on ne les tient pas ? Comment rester dans les délais tout en vérifiant à la perfection toute la rigueur des travaux ? Comment organiser cent cinquante directeurs de laboratoires sans que tout le monde ne se tape dessus ? Certains chercheurs ont quitté le projet en signe de protestation parce qu’il ne tenait pas compte de toutes les théories de l’esprit et du cerveau.

   IMG_0417

Il ne se demandera jamais Où est ma bien-aimée, où est ma Dordogne, ce cerveau modélisé. C’est dommage, parce que c’est beau, la Dordogne. Mais après tout, Mirandol voit mal les beautés du modèle. « Nous ne répondrons pas à la question de ce que le moi vient faire dans ce projet » précise Gérard Escher, qui a assisté à quatre ans de travail pour organiser tout ce monde.  Regardez le GIEC, répond Cathy Dubois, eux y arrivent plutôt bien… Même si les chercheurs du GIEC sont encore plus brutalement attaqués.

IMG_0399Pendant ce temps, à Aix-en-Provence, Daniel Mestre mène un projet de recherche beaucoup plus modeste. Plus appliqué, aussi. Il plonge des volontaires dans des environnements virtuels. A l’Institut des sciences du mouvement, Daniel étudie comment l’homme contrôle son comportement dans l’environnement. « J’étais à Seattle en 2005, raconte Daniel.  Pour soigner des grands brûlés qui revenaient d’Irak dans un état de souffrance intolérable, la Nasa faisait jouer les patients en réalité virtuelle pendant que les infirmiers s’occupaient d’eux. Les résultats de traitement de la douleur étaient spectaculaires. » Il est revenu en France avec cette idée qui pourrait faire penser à un gadget, si… si ça ne marchait pas. Il travaille maintenant dans le cadre de la mission interdisciplinaire Innovations thérapeutiques pour les maladies mentales du CNRS, qui cherche à lever des verrous méthodologiques et thérapeutiques.

Prenez un patient acrophobe, terrifié à l’idée de marcher dans le vide. Proposez-lui de mettre un casque de réalité virtuelle et de marcher au-dessus d’une piscine pleine. Accompagnez-le. Au fond, il sait que ce n’est pas une vraie piscine. Il déploie les outils pour vaincre sa peur. D’un clic, enlevez l’eau dans la piscine… « On sait que ça marche. Mais on ne sait pas encore pourquoi ça marche », rappelle Daniel, toujours intrigué. Cette discipline ne peut pas être réduite à la biologie. Il y a beaucoup de psychiatrie, de la médecine, de la physique, de la chimie… et même du théâtre, puisque le patient doit accepter d’y croire et comment disait Shakespeare, « Piece out our imperfections with your thoughts (…) And make imaginary puissance »…

En somme, le patient doit se prendre au jeu. Le jeu, c’est la spécialité de Manuel Boutet, un sociologue passionné de ces créatures étonnantes que sont les gamers de tout poil. « La réalité augmentée est une nouvelle forme d’immersion », remarque-t-il. On est dans une sorte de troisième voie entre imagination et réalité, une troisième voie qui s’appellerait la virtualité. Peut-être que dans ce cas précis, le principe actif qui permet de guérir est dans l’esprit du patient lui-même, qui peut se ressaisir de son propre corps parce qu’il se laisse convaincre. Plus que la qualité de la réalité virtuelle, du moindre détail technique, c’est l’histoire qui va fonctionner, que la technique soit parfaite ou pas. La même histoire qui permet à des joueurs de se passionner autant pour un vieux Zelda tout pixellisé que pour un somptueux Assassin’s Creed IV. Et l’histoire, toujours, qui fait bouder un tas de sociologues devant un somptueux projet de recherche, parce qu’il est beaucoup trop bien raconté.

J’ai retrouvé Gérard Escher en train de prendre le frais sur la terrasse. Alors, lui ai-je demandé, vous avez fait exprès de passer une vidéo pleine de paillettes à cette assemblée de sociologues ? « Bien sûr. Si on ne peut pas s’amuser un peu… »

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : On ne va quand même pas vendre la planète à Google ?


Une réflexion au sujet de « Mirandol (3/5) Réalités virtuelles et vrais problèmes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *