Innovation, innovation (1/5) : à Mirandol, on scrute l’horizon

La voiture, cahotante, grimpe le chemin creux et dérape dans la boue. Tout en haut, le château de Mirandol, forteresse du XIe siècle perchée sur son piton rocheux. La cheminée de la salle des gardes est assez grande pour y faire rentrer trois hommes et des fumets de cailles rôties s’échappent des cuisines. C’est ici, au fin fond du Quercy, un plaid sur les genoux, qu’une vingtaine de chercheurs sont venus causer neurosciences, big data, calculateurs en libre accès et politiques d’innovation en tous genres. Les vieilles pierres et l’horizon lointain se prêtent bien à des réflexions d’avenir. Après tout, ce château était un poste d’observation.

Sociologues, historiens, ingénieurs, économistes, géographes, juristes, psychologues, neurophysiciens… Ils ont tous laissé de côté pour trois jours leurs articles en souffrance, les mails des étudiants et thésards et leurs dossiers de l’Agence nationale de la recherche pour se pencher sur cette notion galvaudée, empreinte de storytelling politique et économique : l’innovation.

« L’innovant ou l’improbable ? » se demande Arnaud Saint-Martin, chercheur au Printemps qui organise ce colloque avec Ivan Sainsaulieu, sociologue au Clersé. Au-delà des modes langagières et des manipulations politiques, comment faire de l’innovation une question de recherche ? Pour ne pas tomber dans le conceptuel éthéré, Arnaud et Ivan ont prévu de partir de cas bien concrets : l’entreprise Scilab, qui développe un logiciel libre de calcul assortis d’offres payantes ; des projets sur le cerveau, pharaoniques comme le Human Brain Project ou à plus petite échelle, comme les travaux sur la réalité virtuelle à l’université d’Aix-Marseille ; des innovations qui vont plus haut que notre atmosphère, comme les satellites du programme européen Copernicus, ou bien terre-à-terre, comme le gigantesque établissement public dont l’installation est prévue sur le plateau de Saclay.

mirandol2

Qu’est-ce que ces grands projets ont en commun ?  Peut-être de l’audace. Une audace qui peut parfois confiner au « colbertisme high-tech », comme on l’a suggéré au sujet de Saclay, au pharaonoique, au fou, au massif… Mais après tout, avant de piloter des projets, il faut les vendre. Eveiller l’enthousiasme pour sortir de l’ordinaire. Gérard Escher, venu présenter le Human brain project, s’en est bien rendu compte en passant son film de présentation, plein de belle musique et d’effets spectaculaires : ça passe moins bien devant un public de chercheurs dont le scepticisme est l’une des premières qualités professionnelles. Les chercheurs ne sont pas les seuls à contenir leur enthousiasme, à une époque tristement pragmatique où on retourne les satellites vers la Terre et où on demande aux astronautes à quoi ça peut bien servir d’aller se balader sur Mars.

Sceptiques, notamment devant le coût de projets pharaoniques. Est-ce que c’est avec des budgets à dix chiffres qu’on innove le mieux ? « Freud n’a pas coûté un sou d’argent public pour inventer la psychanalyse ! » proteste le mathématicien et psychanalyste de service. « En revanche, il a inventé une mine d’or », ricane un voisin de fauteuil dont on taira le nom. Frais de départ pour débloquer une situation, ou investissements à long terme en partant du gratuit, tandis que plane le spectre de Google au-dessus d’un open access parfois gratuit, parfois complètement utopique.

Aujourd’hui pourtant, l’innovation est un mot de passe politique et une clé de la relance économique, qui fait apparaître comme par magie des fonds dans les ministères les plus sinistrés. Il est loin le temps où Adolphe Thiers écrivait « En bonne politique, toute innovation est dangereuse ». Maintenant, on a des rapports Lauvergeon. Mais pour le chercheur, une fois qu’on a déconstruit les enjeux politiques et économiques, analysé le fantasme de l’innovateur, du saint Pasteur au saint Steve Jobs, qu’est-ce qu’on fait ? On identifie les acteurs, les étapes, les récurrences et on fait la différence entre la vraie nouveauté et le réemballage des activités déjà existantes, les gadgets court-termistes et les vrais projets d’envergure. On analyse les initiatives, on s’analyse soi-même et on regarde loin à l’horizon, comme le faisaient déjà au XIe siècle les guetteurs de Mirandol.

Clara Tomasini, scribe non-officielle

Premier épisode : le logiciel libre et gratuit, mais pas pour tout le monde


2 réflexions sur « Innovation, innovation (1/5) : à Mirandol, on scrute l’horizon »

    1. Cher Ivan : la série n’en est qu’à ses débuts. Le deuxième épisode, déjà prêt, sera publié dans les prochains jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *