D’un congrès à l’autre (3) : comment se termine une recherche…

Après deux mois silencieux, voici la fin du billet promis, centré sur une autre dimension pratique et peu explicitée de l’activité de recherche en sociologie : la fin de la recherche, la clôture du terrain… toujours provisoire, en réalité. Quelques manuels formulent bien quelques conseils à ce sujet – bien moins qu’en matière de commencement d’une recherche néanmoins – et ce dernier billet ne vise pas tant à donner des conseils qu’à raconter et réfléchir sur comment se termine toujours provisoirement une recherche. Et si j’insiste autant sur cette dimension provisoire, c’est bien parce que, comme on le verra, à l’image du sparadrap collé à un doigt, on ne se débarrasse pas comme cela d’un sujet, d’un terrain, d’une question, surtout si la recherche a fait l’objet d’une publication.

Mais revenons à la CFE-CGC pour aborder, finalement, trois questions entremêlées mais que je vais distinguer : celle de la restitution de la recherche d’une part – surprenante dans notre cas, on va le voir – ; celle de l’instrumentalisation dont elle peut faire l’objet et du jeu qui peut s’instaurer entre les chercheurs et les commanditaires ou les sujets et personnes rencontrés sur le terrain d’enquête, ensuite ; celle de valorisation de la recherche enfin, et du souhait d’en diffuser les résultats, sinon d’en faire un objet de débat. Ces trois dimensions permettent en effet d’expliquer pourquoi, à mes yeux, la clôture est toujours provisoire et on ne termine jamais complètement une recherche.

Restituer la recherche : un horizon déçu

La restitution de notre recherche – indissociablement liée au fait qu’il s’agit d’une recherche sur contrat, avec un commanditaire qui finance et attend donc un retour – était prévue dès le départ et a toujours été l’esprit de ce que nous écrivions. Non pas que cet horizon ait limité l’écriture mais il s’agissait aussi, dans le rapport que nous avons remis, de développer des éléments qui allaient, selon nous, intéresser nos commanditaires. Cette préoccupation, présente dès la conception du questionnaire, a conduit par exemple à tout un développement sur les structures organisationnelles du syndicat et l’articulation entre niveaux territoriaux, professionnels, confédéraux. Nous n’aurions sans doute pas détaillé autant cette partie dans notre rapport si nous n’avions pas en tête que nous écrivions pour un commanditaire d’abord, des pairs ensuite, voire des militants syndicaux ou le grand public – car assez vite a émergé l’idée que nous pourrions faire de ce rapport un ouvrage. Cette dimension – anticiper pour qui on écrit – est en réalité toujours présente dans le travail de présentation d’une recherche. L’anticipation d’une restitution orale et écrite à un commanditaire rend plus saillante cette dimension, permettant peut-être paradoxalement davantage de réflexivité sur la manière dont on écrit, ce qu’on dit et ne dit pas dans un tel rapport. Nos réunions avec les commanditaires, qui ont constitué un matériau à part entière comme on l’a dit dans le billet précédent, n’ont ainsi pas été exploitées directement dans le rapport. Mais si nous avons fait attention à comment nous formulions les choses (et l’écriture à huit mains est ici précieuse), il ne me semble pas que nous nous soyons spécialement censurés, pas plus ni moins, en tout cas, que dans d’autres études que j’ai pu réaliser et qui impliquaient également des restitutions (auprès de la DARES ou de l’ANPE notamment).

Travail & Emploi, n° 128, 2011.
Travail & Emploi, n° 128, 2011.

Cette anticipation a, en outre, toutes les chances d’être déçue : les lecteurs du rapport ne relèvent pas forcément des choses, ou pas celles attendues par les auteurs. De manière générale, un grand respect pour les écrits du chercheur se manifeste : son extériorité face aux enjeux de l’organisation étudiée ou à la nature des interactions auxquelles il assiste, ou l’idée qu’il n’est là qu’un temps permettent sans doute d’accepter plus facilement d’entendre (ou de lire) certaines choses du côté des commanditaires. Dans le cas de la recherche sur la CFE-CGC, la réception a été une grande déception. Nous n’avons en effet eu aucun retour, ni écrit, ni oral sur notre rapport. Une restitution orale était pourtant bien prévue et qui plus est au comité confédéral (regroupant une soixantaine de membres, représentants les différentes fédérations professionnelles du syndicat) en juin 2012. Le rapport (sans doute plutôt son résumé) avait été envoyé à tous et nous étions attendus pour exposer en une vingtaine de minutes les principaux résultats de l’étude, une trentaine de minutes d’échanges étant prévues ensuite. Or cette réunion ne s’est pas déroulée comme l’avaient prévu ses organisateurs. Les membres du comité confédéral ont en effet bousculé l’ordre du jour, exigeant que soient traités et débattus d’autres points, remettant en cause certaines décisions prises par… nos commanditaires. Après 1 h 30 d’attente, notre interlocutrice, désolée, a convenu qu’elle ne réussirait pas nous « faire passer » avant un temps indéterminé mais potentiellement long ; nous sommes donc partis, pensant qu’une autre occasion, même en plus petit comité, se présenterait plus tard. Car jusqu’ici, et malgré l’envoi du rapport sept mois plus tôt, aucun retour ne nous avait été fait, interlocuteurs à la confédération compris. Et il n’en a rien été jusqu’au congrès de Saint-Malo en avril dernier, bien qu’un article dans une revue scientifique (mais qu’on imagine lue par un certain nombre de syndicalistes puisqu’il s’agit de la revue de la DARES, Travail et Emploi) soit sorti en juillet 2012, quelques jours après cette restitution ratée. Intitulé « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d’un syndicalisme catégoriel » l’article appelait a priori des réactions… qui ne sont jamais venues.

Les usages de la recherche

C’est donc un « non-usage » de notre étude, par ses propres commanditaires, que nous avons en quelque sorte constaté. Cette situation n’est pas si exceptionnelle : entre le moment où l’étude est commandée et celui où elle est remise, le contexte change souvent, rendant moins urgent, stratégique, pertinent, intéressant peut-être, ce que l’étude peut apprendre à son commanditaire. Combien de rapports finissent ainsi au fond des placards ? Dans notre cas, un autre facteur a indéniablement joué : les turbulences qui traversent alors la CFE-CGC sont importantes (notre étude montre une césure significative entre deux forces de taille à peu près égales), certaines décisions de la direction confédérale sont remises en cause et assez rapidement, lors de l’été 2012, se déclare un conflit ouvert et violent entre la numéro 2 (qui était l’une de nos interlocutrices privilégiées) et le président de la confédération. Ce conflit, dont l’un des premiers épisodes ouverts est sans doute cette réunion du comité confédéral de juin 2012, explique manifestement cette absence de retour de nos commanditaires, passés à d’autres dossiers plus urgents, ne retenant de notre rapport que quelques informations « chocs » présentées lors du rapport intermédiaire (comme les moyennes d’âge ou la proportion de femmes parmi les congressistes, ou encore l’objectivation d’une césure entre fédérations sur la question de l’attachement ou non au « catégoriel »)… qu’ils connaissaient déjà sans doute mais que notre étude permettait d’objectiver.

Mesures et démesures du travail, 2012.
Mesures et démesures du travail, 2012.

Cet échec/absence de retour a toutefois facilité la transformation du rapport en ouvrage. Recontactant un éditeur avec qui j’avais travaillé l’année précédente, nous proposons dès le printemps 2012 un synopsis et un projet d’ouvrage, rapidement accepté[1]. Publier un ouvrage tiré de ce rapport résultait d’une triple volonté : il s’agissait d’abord de valoriser cette recherche en n’en restant pas à un article ou à une communication dans un ou deux colloques (au congrès de l’AFS à Grenoble en juillet 2011 et aux Journées internationales de sociologie du travail à Bruxelles en janvier 2012, où nous avions présenté une réflexion sur les processus et les effets de la mesure de la représentativité pour ce syndicat[2]).

Nous étant plus investis que nous ne l’avions imaginé (plus d’entretiens, de temps et de pages que prévu), il nous paraissait possible – et sans trop de difficultés – de transformer le rapport en ouvrage. Deuxièmement, ayant confirmé l’absence d’ouvrages de référence sur cette organisation syndicale, nous pensions pouvoir, justement, écrire un tel ouvrage de référence, ce qui garantissait en quelque sorte un lectorat minimum, à la fois scientifique et militant. Enfin, sachant que le prochain congrès de la CFE-CGC aurait lieu en avril 2013 à Saint Malo,  publier cet ouvrage juste avant ce futur congrès était une occasion de mettre en débat nos hypothèses, de poursuivre la restitution imaginée et, au vu des événements, de finalement contourner cette restitution manquée. L’idée revenait en quelque sorte, inversant ce qu’il se passe d’habitude, à « forcer » les responsables et militants de ce syndicat à faire usage de cette recherche… En annonçant que l’équipe ou au moins deux de ses membres se rendrait au congrès de Saint Malo muni de l’ouvrage — si ce dernier était imprimé à temps —, il s’agissait enfin de convaincre l’éditeur qu’un lectorat potentiel existait et que l’ouvrage allait se vendre – une question aujourd’hui prégnante dans l’édition en sciences sociales.

Le temps de l’écriture était donc contraint par une date impérative. Ce stimulant a été puissant, en particulier pour Arnaud qui s’est plongé dans la littérature historique et a produit une contextualisation historique riche et indispensable de la CGC, largement absente dans le rapport. Et à nouveau, la cohésion de l’équipe a fait merveille pour que nous réécrivions en bonne part le rapport en tenant (cette fois) les délais ! Négociant une place sur le stand de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), organisme de recherche « au service des organisations représentatives de travailleurs » présent à tous les congrès confédéraux des différentes organisations syndicales, je me rends ainsi au congrès de Saint-Malo avec Guillaume muni d’une trentaine d’exemplaires de l’ouvrage reçu une semaine avant, pour le diffuser et avoir, peut-être enfin, quelques retours sur notre recherche.

Valoriser et/ou instrumentaliser la recherche ? D’un congrès à l’autre…

Saint Malo : prêt et badgé.
Saint Malo : prêt et badgé.

La recherche s’est donc terminée par un événement similaire à celui qui l’a vu naître : un congrès confédéral. Nous ne sommes cependant pas invités au congrès, mais je m’y suis invité avec Guillaume.

Un coup de fil à l’un de nos interlocuteurs, même non contactés depuis neuf mois et qui a en charge l’organisation matérielle du congrès, puis le relais du responsable de l’IRES en charge de son stand sur le lieu et le temps du colloque nous ont permis d’avoir un badge pour participer au congrès.

Centré sur « l’innovation », le congrès s’organise de la même manière qu’à Reims (voir billet 1), l’animateur venant cette fois de la télévision plutôt que de la radio, la salle étant plus encore décorée par un jeu de lumières et le congrès s’ouvrant cette fois sur une « prouesse technologique ».

Une plénière bien animée.
Une plénière bien animée.

Cherchant à valoriser l’ouvrage mais aussi à en « forcer » l’usage, j’en ai envoyé quatre exemplaires aux membres de la confédération avec qui nous avons échangé pendant la recherche (dont la numéro 2, candidate en 2013 pour la présidence de la confédération). J’en ai aussi envoyé un exemplaire au toujours président, en conflit violent avec sa numéro 2… espérant et redoutant en même temps une possible instrumentalisation de l’ouvrage.

Car l’horizon du congrès se déroule dans un climat autrement plus conflictuel qu’en 2010. Surtout, ce conflit ne se réduit pas à celui de deux personnalités, comme la presse l’a souvent présenté depuis quelques mois. Pris de court par l’annonce de la candidature de sa numéro 2, Bernard Van Craeynest renonce à se représenter mais indique publiquement soutenir une candidature alternative, qu’il suscite donc en partie. Mais ce conflit dépasse une querelle de personnes : l’analyse des candidatures (elles se font par listes de trois personnes : président, secrétaire général, trésorier, puis un ensemble de candidatures de secrétaires confédéraux se présentent, soutenant et soutenu par telle ou telle liste) valide en effet notre constat et la thèse exposée dans l’ouvrage d’une profonde césure sectorielle de la confédération, entre des univers salariés où le terme, le statut, le sens de « cadre » et d’« encadrant » se différencient, sinon s’opposent de plus en plus. D’un côté, se présentent des candidats issus de la banque, des assurances, industries électriques et gazières, fonctions publiques, etc. et de l’autre des candidats quasi exclusivement issus de la métallurgie et de la chimie.

Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.
Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.

Et alors que notre enquête met en évidence un attachement mesuré des premiers à la dimension catégorielle de la CFE-CGC, soulignant combien aujourd’hui les cadres et encadrants sont avant tout des salariés comme les autres (même s’ils peuvent rester un peu différents des autres) et optant pour une stratégie de constitution d’une « troisième force » réformiste, elle témoigne, pour les seconds, d’une conception du cadre et de l’encadrement qui les démarque fortement des autres salariés, et d’une stratégie qui vise d’abord et avant tout à préserver l’exception catégorielle dont jouit la CFE-CGC.

De l'innovation partout.
De l’innovation partout.

Les résultats du congrès, avec l’élection de l’ancienne numéro 2 avec 59 % des voix, consacre la victoire d’un camp sur l’autre : aucun métallurgiste ou chimiste ne fait partie de la nouvelle équipe (élargie et pas juste réduite aux trois dirigeants) et la nouvelle présidente, dans une interview donnée le soir même évoque bien « les salariés de l’encadrement et nos collègues des trois fonctions publiques »… et plus les seuls ni même les cadres.

Ce contexte explique donc le souhait et la crainte entremêlés d’être instrumentalisé par l’une ou l’autre partie – notre ouvrage s’intitulant : « Sociologie d’un syndicalisme catégoriel : la fin d’une exception ? ». Il s’agit bien d’un souhait car l’instrumentalisation est presque provoquée par l’envoi de l’ouvrage aux responsables « en guerre » ; et d’une crainte – mais elle est inhérente à toute diffusion et publication –, d’un usage non contrôlé ou partisan d’un ouvrage qui revendique une posture scientifique et neutre dans cet affrontement à la fois stratégique et identitaire.

Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.
Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.

À nouveau, nous allons être surpris : car en effet, si, lors de la visite des stands, avant l’ouverture du congrès, nous croisons quelques visages connus – dont la candidate qui nous lâche ses constats quant au climat lourd qui entoure ce congrès et ses craintes concernant d’éventuels « dérapages », aucune réaction ne s’exprime à nouveau quant à notre ouvrage, aux constats et aux thèses qui y sont présentés et défendues.

La surprise vient après : pendant le discours d’ouverture du congrès par son président sur le départ, et dans une ambiance de défiance à son égard palpable dans la salle et les allées du congrès, Bernard Van Craeynest sort en effet un papier de sa poche au milieu de son discours et cite nos quatre noms, évoquant « une étude qui vient de sortir et qui s’intitule : sociologie d’un syndicalisme catégoriel, deux points, la fin d’une exception et c’est bien un point d’interrogation au bout, car ce sera cette question fondamentale, chers collègues, que vous aurez à résoudre dans les années qui viennent ! ». Et l’encore actuel président d’inciter les congressistes à aller lire « cette monographie sur notre propre organisation » et d’insister sur la nécessaire unité qui préside à sa destinée, avant d’aborder, dans une dernière partie de son discours, des sujets d’actualité où il fait résonner une voix revendicatrice plutôt inhabituelle dans sa bouche et dans l’enceinte d’un congrès de la CFE-CGC.

Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).
Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).

Enfin, nous tenons une réaction ! On ne pouvait rêver mieux ou presque comme publicité et nous filons à la pause au stand de l’IRES pour y évoquer l’ouvrage avec les militants, qui en ont maintenant entendu parler. Guillaume croise deux enquêtés et s’entretient avec eux et nous tentons d’expliquer, non sans mal, aux militants qu’ils ne peuvent acheter l’ouvrage en direct mais doivent remplir un bon de commande ou envoyer un chèque à l’éditeur.

 

 

 

 

 

Conclusion : une clôture provisoire ?

Le « succès » de notre présence à Saint-Malo – le fait qu’on parle de l’ouvrage, qu’il se diffuse auprès des militants – est cependant bien relatif. Sans grande surprise, le nombre d’ouvrages vendus (150 environ), deux mois après, n’atteste pas d’achats massifs par les 500 congressistes présents ni les milliers de militants de la CFE-CGC. Surtout, aucune réaction ne nous est parvenue depuis[3]. La mise en débat que nous proposions et incitions par nos constats concernant le clivage de l’organisation n’a pas vraiment pris, semble-t-il. Semble-t-il car, l’enquête étant close, nous n’avons plus de visibilité sur les usages éventuels de l’ouvrage, tant à la tête de l’organisation que dans les sections syndicales d’entreprise (ne serait-ce que dans celles qui ont participé à l’enquête).

La valorisation de la science en action.
La valorisation de la science en action.

La valorisation de la recherche et sa diffusion dans le milieu académique et dans celui, plus large, des observateurs des relations professionnelles et du syndicalisme, sont par contre plus réussies : au moment du congrès, nous sommes contactés pour en expliciter les enjeux et deux interviews paraissent dans l’Humanité Dimanche et sur le site économique de 20 minutes. Surtout, un journaliste du site spécialisé Miroir social me contacte lors et après le congrès pour faire une interview à propos du syndicalisme catégoriel et notamment de la CFE-CGC, donnant l’occasion d’une interview sur ce site, tandis que plusieurs chercheurs à qui nous avons envoyé l’ouvrage nous font des retours positifs. Nous présentons enfin, quelques semaines plus tard, certains résultats de cette recherche lors d’une journée d’étude organisée autour du syndicalisme catégoriel par le réseau thématique « sociologie des relations professionnelles » de l’AFS et le laboratoire PRINTEMPS.

Mais au-delà de ces questions de diffusion des résultats d’une étude et des discussions scientifiques qu’elle fait naître, c’est sur la dimension provisoire de la clôture de cette recherche – et sans doute de toute recherche – qu’on peut conclure. En effet, toutes ces occasions de diffusion et de valorisation (via notre présence sur un stand du congrès en avril, interviews ou communication) sont autant de moments où l’enquête peut se poursuivre : les réactions engendrées par l’ouvrage ou le fait d’en parler appartiennent à l’objet d’étude, autant que la manière dont se déroule le congrès de Saint-Malo ou ses résultats. Et il en est de même de la (non) réception du rapport initial ou de tous les usages dont ces productions scientifiques font l’objet par les acteurs. C’est pourquoi, en réalité, les fins de terrain ou de recherche sont toujours provisoires, comme j’ai pu le constater sur tous les autres terrains que j’ai analysés, de ma thèse (qui suscite encore, presque dix ans après, des invitations à parler du temps de travail) à toutes les autres recherches, ou presque, que j’ai pu mener, si, du moins, un travail de valorisation minimum était effectué. Mais c’est aussi l’attitude des chercheurs – en acceptant ou en refusant ces sollicitations, qu’elles viennent du monde académique ou d’ailleurs, si ces dernières portent bien sur l’objet de la recherche bien entendu – qui explique pourquoi (et comment) les recherches ne se terminent jamais vraiment…

 

 


[1] Il s’agit toutefois d’un second essai car nous avons contacté un autre éditeur dans un premier temps qui nous a également rapidement répondu… qu’une étude sur les syndicats, cela ne se vendait pas !

[2] Le thème du colloque portait en effet sur « Mesures et démesures du travail ». Cette communication a d’ailleurs été sélectionnée par les organisateurs des JIST pour figurer dans un ouvrage en publiant une partie des actes, voir « Quand mesurer la représentativité interroge les pratiques et les identités syndicales. Les militants de la CFE-CGC face à la loi du 20 août 2008 », in M. Alaluf, P. Desmarez, M. Stroobants, Mesures et démesures du travail, Coll. Sociologie et anthropologie, Editions de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 143-157.

[3] Quelques exemplaires de l’ouvrage ont été envoyés à des enquêtés, lorsque nous nous étions engagés à le faire. Aucun ne nous a fait de retour non plus, mais les militants ou responsables l’ont peut-être gardé pour leurs vacances d’été !


Une réflexion au sujet de « D’un congrès à l’autre (3) : comment se termine une recherche… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *