Combien coute un article de revue scientifique en sciences humaines ?

Cost_of_publishing2-11

La recommandation européenne sur le libre accès des revues scientifiques du 17 juillet 2012 [1] a entrainé en France dans le secteur des sciences humaines deux types de réaction : certains, comme les revues se trouvant dans le consortium Revues.org, y ont vu un encouragement à leur politique de libre accès, en accord avec les principes qui la fondent (Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert de 2001 et Déclaration de Berlin sur le Libre Accès à la Connaissance en Sciences exactes, Sciences de la vie, Sciences humaines et sociales de 2003), mais plus d’une centaine de revues qui se trouvent pour la plupart dans le consortium Cairn y ont vu une menace et ont protesté par un appel commun dont voici un extrait :

« Nous craignons que l’embargo proposé par la Commission – 12 mois après l’édition sur support « papier » ou électronique – ne se révèle tout à fait insuffisant dans le domaine des sciences humaines et sociales, où l’économie des publications n’est envisageable que dans la durée, pour permettre le maintien d’un grand nombre de revues académiques, alors même que celles-ci constituent un outil essentiel au débat public ; nous estimons aussi qu’au-delà des revues académiques, les autres domaines de l’édition du savoir en sciences humaines et sociales, notamment les revues de débat ou d’opinion, pourraient être, eux aussi, menacés dans la mesure où leurs auteurs sont très souvent rémunérés sur fonds publics. »

On notera la contribution de la revue Tracés (L’open access: la schizophrénie française) qui est diffusée à la fois par Cairn et par Revues.org. La revue est diffusée d’une manière payante pendant deux ans par Cairn, est libre d’accès sur cette plate-forme pendant un an, puis est diffusée gratuitement par Revues.org. Cette revue, créée en 2002, existe en version papier et version électronique et déclare ne pouvoir subsister que grâce aux revenus issus de la consultation par Cairn (cinq euros l’article pour un particulier) mais principalement par le biais des bibliothèques qui s’abonnent à Cairn.

Voici comment Tracés voit sa situation :

« Ce modèle économique, mêlant public et privé, constitué de subventions diverses et de revenus commerciaux, impliquant un grand nombre d’acteurs qui se recoupent plus ou moins, est ce qui permet aujourd’hui à Tracés d’exister. Le cas de notre revue est sans doute un peu particulier car elle est jeune et ne dépend pas d’un laboratoire de recherche. Elle ne bénéficiait donc pas du même soutien institutionnel que certaines revues anciennes qui dépendent d’un laboratoire ou d’une association disciplinaire. Ce soutien peut être un financement direct ou une mise à disposition de personnel : il n’est pas rare en France par exemple, qu’un agrégé ou un ingénieur CNRS soit détaché pour effectuer le secrétariat de rédaction d’une revue. Enfin, comme toute revue universitaire, le modèle économique de Tracés demeure fondé sur une importante subvention indirecte : ni les auteurs, ni les rapporteurs du comité de lecture, ni les membres du comité de rédaction (incluant le secrétariat de rédaction) ne sont rémunérés par Tracés. Cela ne veut pas dire évidemment qu’ils sont bénévoles, au sens strict du terme, puisque leur rémunération en tant que chercheur inclut de manière plus ou moins explicite le temps passé à écrire, publier, critiquer, éditer. »

Avec un tel modèle économique, les revenus venant de Cairn sont jugés indispensables, semble-t-il, pour maintenir l’édition papier. Pour pouvoir subsister indépendamment de Cairn, la revue estime à 15 000 € par an la subvention qui lui serait nécessaire.

Ce texte et la situation actuelle qu’il tente de refléter incite à regarder plus précisément combien coute une revue [2]. C’est ce que nous voudrions faire en prenant trois exemples : celui de la Revue française de sociologie (Cairn) qui donne un compte-rendu annuel de son activité (2006 dans 2007, 48-3 [3] ; 2007 dans 2008, 49-3 ; 2008 dans 2009, 50-3 ; 2009 dans 2010, 51-4 ; 2010 dans 2011,52-4 et 2011 dans 2012, 53-3) et deux revues diffusées par Revues.org dont les auteurs du présent billet s’occupent à divers titres : Socio-logos et Temporalités.

Notre propos est de faire une estimation du cout d’une revue sous forme d’une fourchette entre un minimum et un maximum tant il est difficile d’estimer le temps passé pour éditer un article.

Suivant la pratique habituelle des revues de sciences humaines en France, on considérera que le travail fait par les auteurs, les lecteurs du comité de rédaction, les lecteurs extérieurs fait partie de leur activité normale de recherche et ne sont pas à imputer dans le cout d’un article. On ne prendra donc en compte que les couts suivants :

  • le travail d’un responsable éditorial type ingénieur de recherche CNRS payé 36 000 € par an.
  • le travail d’un secrétaire de rédaction type ingénieur d’études CNRS payé 25 000 € par an [4].

Dans les deux cas on tiendra compte des charges sociales et on convertira en cout horaire. L’estimation se fera en tenant compte du temps passé pour le premier tri des articles reçus, le choix des experts, la correspondance afférente, l’édition des textes (en ligne et/ou sur papier), les contacts avec les auteurs pour mise au point. De même pour les recensions de livres.

  • dans le cas d’une édition papier les frais d’impression de routage et d’expédition.
  • les frais généraux de secrétariat.

On a pris en compte les frais de réunion du comité éditorial mais ils sont très variables et dépendent de chaque cas particulier : contacts habituels en ligne, réunions à l’occasion d’autres manifestations, voyages pris en compte par les laboratoires comme faisant partie du travail habituel du chercheur. La modélisation proposée fait des estimations entre minimum nul et un maximum dépendant du nombre de réunions annuelles et des indications sur le nombre de membres n’étant pas à Paris.

On trouvera dans le document pdf ci-dessous le détail des estimations et une feuille Excel qui permettra à toutes les revues qui veulent participer à l’estimation de faire leur propre calcul et d’en voir le détail.

Au final on a les résultats suivants pour les trois revues envisagées : (voir le Post Scriptum pour les modifs)

Revue Cout minimal par article Cout maximal par article
Rev. Fr. de Soc. 1135    1232 2076   2367
Socio-logos 238      244 741     759
Temporalités 388      391 1184   1194

Les fourchettes sont d’une ampleur de 2 à 3 mais les ordres de grandeur sont du même ordre.

À titre de comparaison, Bernard Pochet (Université de Liège) dans la liste « accès ouvert » arrive aux conclusions suivantes pour une revue internationale (31/01/13).

Pour répondre à la question du coût, pour une revue de niveau international, modeste mais néanmoins reprise dans le JCR (c’est pas obligé mais c’est bien quand-même), il faut regarder les dépenses indispensables (je parle de : http://www.pressesagro.be/base/)

– un mi-temps (bac +3) pour le secrétariat (réception des articles, courrier aux auteurs et aux lecteurs…)

– un mi-temps (bac + 3) pour la mise en page (en pdf avec InDesign et en html avec Lodel)

c’est chez nous la même personne qui fait les deux – comptez 25 000 €

– un mi-temps (bac +5) pour le travail rédactionnel : première lecture avant transmission au comité de rédaction, recherche des reviewers, relecture après corrections et relecture avant publication (+ questions aux auteurs, biblio…) – comptez 18 000 €

– quelques frais (téléphone cartouches…) – comptez 2 000 €

– les frais d’impression sont couverts par les abonnements, les frais d’expédition sont de ± 4 000 € par an… ces postes pourraient être supprimés avec une diffusion uniquement électronique… on y songe, je ne les compte pas.

le rédac chef, le secrétaire du comité de rédaction, les membres du comité de rédaction, les reviewers, le président du comité scientifique, les membres du comité scientifique… ne sont pas payés

On a donc 25 + 18 + 2 = 45 000 € pour travailler correctement. Somme à diviser par le nombre d’articles publiés (60) chaque année = on est quand-même à un coût vérité de 750 € par article. Loin des 3 000 de nos amis les requins (qui doivent aussi rémunérer leurs pauvres actionnaires, ce n’est pas la crise pour tout le monde) [5] mais ce n’est pas négligeable. Les couts peuvent difficilement être compressés sans réduire la qualité. Il y a les subventions qui les réduisent mais on peut aussi publier plus (mais il n’y a que 24 heures dans une journée) et, publier plus, c’est aussi plus de travail… enfin, voilà l’équation telle que je la vois.

Cette estimation de 750 € est pratiquement à l’intérieur de la fourchette des estimations précédentes.

Toutes ces estimations envisagent le cout réel (hors locaux cependant) mais non le cout affiché car les personnels sont soit bénévoles soit rémunérés par le secteur public. Si on exclut les couts de personnels, il ne reste que les couts liés à l’éventuelle impression, l’envoi de la version papier et les réunions des comités de rédaction, estimés à 15 000 € pour la RFS, somme qui correspond d’ailleurs à la subvention que demande Tracés pour subsister [6].

Perspectives

Dans son appel Cairn lie le sort des revues scientifiques à celui des revues de débat alors que leurs situations sont très différentes : les couts en personnel sont pris en charge dans la plupart des revues scientifiques alors que ce n’est évidemment pas le cas pour une revue comme Esprit par exemple [7]. Mais prétendre que ces revues sont concernées par la recommandation européenne sous prétexte que leurs auteurs peuvent être rémunérés sur fonds publics est ne pas distinguer l’activité du chercheur qui peut écrire des articles autres que scientifiques, mais rigoureux cependant, dans des revues de débat.

Comme le déclare Bernard Pochet, nos couts sont très éloignés de ceux qu’il appelle ceux des « requins » : on notera que l’abandon de la publication papier qui va en se généralisant sous la pression des bibliothèques, elles-mêmes soumises à des budgets de plus en plus serrés d’un côté et des couts d’abonnements de plus en plus prohibitifs de l’autre, pourrait réduire quelque peu la facture. Mais abandon du papier signifie-t-il obligatoirement diminution du cout ? Rien de moins sûr ! [8]

Toujours est-il que l’on peut raisonnablement soutenir que l’appel à l’open access de la commission européenne peut être pris en compte par les revues scientifiques et ce d’autant plus facilement qu’elles renonceront au modèle actuel de leur financement papier (cela est patent dans le cas de Tracés). La piste du Print on demand (POD) et de l’édition nativement multisupport est assurément prometteuse. Dans le cas de revues papier (traditionnellement imprimées ou à la demande) la charge de l’impression pourrait être renvoyée au lecteur soucieux de l’objet papier sans générer de couts exhorbitants de stockage ou de diffusion. Dans l’état actuel des choses, le lecteur peut ne sélectionner que l’article qui lui semble indispensable et il est probable que le confort de la lecture à l’écran (encre électronique, formats détachables etc.) sera encore amélioré dans les années à venir.

Nous ne pouvons donc que réitérer l’invitation à ce que d’autres revues objectivent leur situation en remplissant la modélisation cout revues ci-dessous de manière à ce qu’émerge progressivement une carte fiable de la situation éditoriale scientifique en France [9]. Cela permettrait en outre, une fois la masse critique nécessaire atteinte, de faire également des comparaisons — européennes et même internationales — et de reposer par exemple à nouveaux frais – c’est le cas de le dire ! – la question des presses universitaires françaises, dont les missions, on s’en souvient peut-être, étaient assez proches des principes fondateurs de l’Open Access.

En s’intéressant aux couts de l’édition des revues scientifiques, on voit bien que d’autres questions, peut-être plus importantes encore, émergent. Les trois exemples ici rassemblés plaident certes pour la généralisation de l’accès ouvert dans une perspective financière. Mais on peut également entendre l’accès ouvert comme la rencontre des missions de diffusion de la recherche de l’édition publique et de la logique par définition ouverte du web. La décroissance des couts de l’édition scientifique devient alors également souhaitable du point de vue de la science elle-même (diffusion) comme du point de vue de son financement public, c’est-à-dire par le citoyen-contribuable.

Philippe Cibois, François Théron

PS du 27/06/13 : des hésitations sur le fait de savoir s’il faut prendre ou non les recensions pour le cout d’un article ont entrainé des incohérences qui sont levées dans les versions V2 des résultats (en PDF) et de la feuille de calcul. Dans cette nouvelle version, les recensions sont bien intégrées. Ceci entraine des modifications pour le cout par article qui sont reportées dans le texte.

XlsCoutRevueV2

PdfCoutTroisRevuesV2

[1] On se reportera également avec profit au Rapport final rendu à la commission européenne de janvier 2006 : Study on the economic and technical evolution of the scientific publication markets in Europe. Et très récemment, en date du 13 juin 2013, à la déclaration des « Science Ministers » du G8 allant dans le sens d’une politique globale en faveur du libre accès aux résultats de la recherche (littérature et données).

[2] On applique dans ce billet, on l’aura remarqué, les recommandations du Conseil supérieur de la langue française approuvées à l’unanimité par l’Académie française le 3 mai 1990 et que celle-ci a souhaité, le 17 janvier 1991 soumettre « à l’épreuve du temps ». Ici cela concerne l’absence de l’accent circonflexe sur le u de cout, le i de entrainer etc.

[3] Ce compte rendu, situé en début de volume hors pagination, ne se retrouve pas dans la version consultable sur Cairn.

[4] Ce sont ces deux postes de dépense qui sont appelés « secrétariat de rédaction » dans la RFS. Voir http://www.rfs-revue.com/spip.php%3Frubrique2&lang=fr.html et le compte rendu d’activité 2006, dans RFS, 2007, 48-3.

[5] Bernard Pochet fait sans doute allusion ici au CA de 5MM€ d’Elsevier en 2011, pour un bénéfice de 1,6MM€. À noter que le top ten mondial comprend 6 éditeurs européens (Pearson, UK ; Elsevier, NL, UK ; Wolters Kluwer, NL, Bertelsman, D ; Hachette, F.) Voir aussi pour l’édition française : http://mediadix.u-paris10.fr/cours/Edition/203Concentration.htm  Et un autre exemple récent dans la presse : http://www.actualitte.com/usages/la-publication-numerique-libre-defi-des-universites-americaines-41529.htm

[6] Dans le cas de Temporalités, les couts de « réunion » sont pris en charge par le réseau des laboratoires partenaires de la revue, fédérés en association (l’Association pour le Développement de la Revue Temporalités – ADRT). Chaque laboratoire finance ainsi et les couts de fonctionnement régulier de l’association éditrice du titre et les voyages de ses membres représentés au comité de rédaction et au comité scientifique.

[7] Dans le cas de la RFS, les couts en personnels sont pris en charge par le CNRS. Dans le cas de Temporalités, par l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et le laboratoire Printemps, qui hébergent le siège de la rédaction de la revue et financent son secrétariat via un poste d’ingénieur d’études titulaire.

[8] À moins bien évidemment de tenir que cout de revient et cout d’abonnement entretiennent un rapport de grandeur fixe. À la question des couts s’ajoute également la question de la valeur. Voir Open access: The true cost of science publishing, Cheap open-access journals raise questions about the value publishers add for their money. Richard Van Noorden, 27 March 2013. Quoique très centré sur l’Open access « gold », cet article et le dossier de Nature dans lequel il s’insère est une source passionnante sur les problématiques Open Access dans le monde anglo-saxon et les disciplines non SHS.

[9] Nous souscrivons ici à ce qu’écrivait Stéphane Le lay, secrétaire de rédaction de la RFS, le 25 mars 2013 dans la revue Mouvements sur le même sujet (« Les évolutions actuelles dans l’édition scientifique. Éléments de contexte et questions sans réponses ») : « Pour être crédibles, les différentes parties prenantes doivent mettre sur la table tous les éléments d’information nécessaires à la compréhension des dynamiques du secteur. Pas de doute que les acteurs privés (associations détenants des revues, maisons d’édition, etc.), parfois prompts à revendiquer l’usage de la compatibilité analytique dans l’évalution des dépenses publiques, sauront faire preuve de bonne volonté en la matière. Sauf à courir le risque d’alimenter le soupçon concernant les motivations réelles qui les animent dans les débats actuels ».


6 réflexions au sujet de « Combien coute un article de revue scientifique en sciences humaines ? »

  1. Bonsoir
    Merci pour ce billet passionnant!!

    Une question me taraude, à propos de la répartition des activités entre comité de rédaction et secrétaire de rédaction telle que vous la concevez. Je crois que ça peut éclairer utilement le débat sur les coûts; par exemple, vous placez du côté du secrétaire de rédaction des tâches telles que « le premier tri des articles reçus, le choix des experts, la correspondance afférente, l’édition des textes (en ligne et/ou sur papier), les contacts avec les auteurs pour mise au point. ». Il me semble que tout n’est pas équivalent dans ces tâches, certaines pouvant être considérées comme « scientifiques » (je pense à « choix des experts »), d’autres comme « non-scientifiques » (je pense à « correspondance afférente »), et la plupart évidemment à la lisière entre ces frontières bien théoriques (je pense à « contact avec les auteurs pour mise au point »)!
    Ma question serait donc: est-on en mesure de bien séparer ces activités (qui fait quoi réellement) pour bien séparer ce qui coûte (IE, IR, etc.) et ce qui ne coûte pas (« chercheurs »)?
    En disant cela, je ne plaide pas pour une stricte séparation des tâches qui me semble impossible; c’est uniquement dans le but d’être un peu plus précis sur cette question. Par ailleurs, mais sans doute est-ce de l’ingénuité, je suis étonné que le choix des relecteurs et le premier tri des articles reçus ne soient pas du ressort du comité de rédaction.

    Une autre question du même acabit, concernant le secrétaire de rédaction « alloué » par un laboratoire à la revue: cette tâche est-elle dans sa fiche de poste (telle que son institution de rattachement la rédige) ou est-ce une décision du laboratoire de flécher son poste ainsi? Ce que je veux dire par cette question c’est que si on est dans le premier cas, son salaire entre effectivement dans le coût d’un article; si c’est dans le second cas, c’est plus comparable au cas des chercheurs (rédacteurs / relecteurs / éditeurs… des articles), donc ça fait en quelque sorte partie de son travail de réaliser cette tâche (ça pourrait être une autre, actuellement c’est celle-là).

    Un grand merci d’avance
    Anthony Pecqueux, membre du comité éditorial de la (jeune!) revue Ambiances (http://ambiances.revues.org)

    1. Bonjour,
      Et merci à vous pour ces remarques et ces questions !
      Le modèle proposé dans ce billet, vous l’avez compris, se base sur le compte rendu que fait la RFS de son activité (cf. références dans le billet). Nous partons de cette revue car 1/c’est une revue de référence pour notre champ disciplinaire (un professeur de sociologie et un ingénieur d’études affecté dans un laboratoire de sociologie, dont le carnet de recherche ici même accueille le billet); 2/cette revue a fait le choix d’une certaine « transparence » réflexive et de l’objectivation de ses moyens d’existence et de ses procédures. Ce n’est pas si courant ! On compare ensuite avec le fonctionnement de deux revues électroniques, diffusées toutes deux par Revues.org, que nous connaissons bien puisque les deux auteurs du billet s’occupent de ces deux publications. L’expression « secrétariat de la rédaction » (et ce qu’elle recouvre pratiquement dans notre modèle) provient de la RFS. Il y a donc en fait trois situations bien différentes : 1/dans le cas de la RFS, le secrétariat est composé par un IE et un IR 2/dans le cas de socio-logos, ce sont deux professeurs émérites de la discipline 3/ dans le cas de Temporalités enfin, c’est un IE avec l’appui scientifique du comité de la revue.
      Voilà pour le tableau de notre situation de départ.
      Pour essayer de répondre à vos questions :
      1/ le partage des tâches est évidemment bien délicat à identifier une fois pour toutes. Les frontières sont bien poreuses et chaque revue organise le processus de la manière qui lui semble la plus efficace – quand elle est bien pourvue (cette question de l’inégalité des revues est bien évidemment centrale, elle n’apparaît pas dans le billet en tant que telle mais a été développée lors de la présentation publique de ce billet lors du séminaire annuel du laboratoire Printemps la semaine dernière) -, et comme elle le peut lorsqu’elle ses moyens sont limités. Aux trois exemples du billet, il faudrait donc typiquement ajouter un quatrième idéal-type, où le versant scientifique du secrétariat de la revue est entièrement assuré par son comité (donc à coût zéro dans le modèle), et celui plus technique (mise aux normes des textes, mise en pages, puis diffusion etc.) par un personnel technique, par exemple contractuel ou dont les missions ne sont pas explicitement (au sens administratif du terme) consacrées à la revue (heures supplémentaires non payées ou bénévolat). Je vous renvoie ici à l’excellent billet de Marin Dacos qui aurait pu être cité dans le billet initial : http://blog.homo-numericus.net/article11070.html
      2/ Car pour répondre à votre deuxième remarque, nous avons choisi de chiffrer le coût du secrétariat de rédaction (et il apparaît que le coût de la revue se joue principalement sur ce poste budgétaire là) car c’est ce coût qui est notamment facturé dans le cas d’une revue publiée dans le secteur privé – ou bien dans le cas d’une structure publique dans le cas 4 (pour ce dernier il peut être facturé – et le coût apparaît très facilement – ou tout simplement ne pas l’être). Toutefois, dans un modèle « public », le coût d’un secrétaire de rédaction ou d’un responsable éditorial n’est pas bien différent de celui occasionné par les producteurs, les évaluateurs ou les lecteurs (les chercheurs et enseignants chercheurs du secteur « public »). Les corps ITRF et notamment ceux de sa Branche d’Activité Professionnelle « F« , pour le sujet qui nous occupe, sont là pour ça. L’avenir de l’édition scientifique publique (et sans doute celui de l’Open access) se joue bien évidemment ici. La situation actuelle n’incite certes pas à l’optimisme…
      Ceci répond donc à votre remarque sur la nécessité de compter (ou pas) le coût pour la collectivité publique. Nous avons de notre côté choisi de le prendre en compte, ne serait-ce que pour pouvoir le comparer à celui des abonnements (payé par cette même collectivité). Dans cette perspective, il sera peut-être bientôt démontrable qu’un financement de l’Open Acess peut être réalisé à coût constant par la puissance publique.
      3/ Enfin, ce dernier point répond aussi à votre interrogation sur le fléchage de l’ouverture des postes ou du recrutement par l’institution ou le laboratoire. Dans le cas de la revue Temporalités, le recrutement par concours externe d’un secrétaire de rédaction (IE ITRF, BAP F, emploi type secrétaire de rédaction) a été demandé et obtenu par le laboratoire Printemps auprès de sa tutelle universitaire, l’UVSQ, en 2006-2007. Ses missions éditoriales se retrouvent évidemment dans sa fiche de poste. Je n’ai pas les détails concernant les demandes de la RFS auprès du CNRS mais elles sont assurément publiques.
      Longue vie à la revue Ambiances et à bientôt !
      Bien à vous,
      François Théron

      1. Merci beaucoup François: ce n’est pas une réponse, c’est un second billet! Au moins aussi intéressant que le premier
        Du coup, vous avez été limpide sur tous les points que je soulevais
        C’est vrai que quand on est plongé dans l’élaboration d’une revue, outre que c’est à la fois passionnant et chronophage, un autre avantage est que précisément c’est précisément sur ce type d’activités que les frontières se brouillent, que «  »chercheurs » » & «  »personnels de soutien à la recherche » » (je double les guillemets…) interagissent le plus et le mieux; travaillent ensemble et apprennent mutuellement… Sans idéaliser non plus!
        Ce n’est pas si fréquent dans nos sphères; et comme vous le dites si justement, malheureusement, l’optimisme n’est guère de mise…
        Bonne continuation de votre côté
        Anthony

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  3. Un GRAND merci à tous deux pour ce travail de vérité des coûts qui ne peut qu’assainir le débat autour du financement des revues de sciences humaines. On sait désormais un peu mieux de quoi on parle. J’ai toujours pensé que dans ce débat, il fallait passer de la macro à la micro-économie pour avancer et examiner sereinement la situation revue par revue. Bravo et merci donc.

    1. Merci, Pierre ! Aux autres revues de faire ce petit exercice désormais ! Le fichier Excel préparé par Philippe est librement téléchargeable.
      Il va falloir intégrer désormais les revenus du Freemium…
      François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *