Que deviennent les jeunes placés ? Une enquête contre les clichés sur la protection de l’enfance

 Un groupe d’une dizaine de chercheurs, dont quatre du laboratoire Printemps, a obtenu un financement de l’Agence nationale de la recherche pour une grande enquête sur les conditions de vie des jeunes placés quelques mois, voire quelques années, avant leur sortie de l’institution. Que vont-ils devenir ? Comment vont-ils appréhender le passage à la vie adulte ? Qu’est-ce qui, dans leur parcours, aura une influence sur ce qu’ils deviennent ? Isabelle Frechon, sociologue et démographe au laboratoire Printemps et à l’Ined, nous présente ce projet qu’elle coordonne.

D’où vient ce projet sur le devenir des jeunes placés ?

Il vient des suites de ma thèse, sur le devenir à l’âge adulte de jeunes filles anciennement placées dans un foyer socio-éducatif. Le directeur de leur foyer voulait savoir ce qu’étaient devenues les jeunes filles qui étaient passées là, avec une question : « est-ce qu’on construit sur du sable ? ». Après lui avoir longuement expliqué que je ne pourrais jamais déterminer le rôle exact du foyer dans ce qu’elles sont devenues, j’ai repris les dossiers archivés dans l’institution et j’ai joué au détective privé pour les retrouver.

Il semble difficile de déterminer quels éléments d’une enfance influencent notre vie adulte.

C’est toujours difficile, mais on peut identifier des grandes lignes. Les jeunes filles que j’ai étudiées m’ont dit ce qui, pour elles, a été important ou non dans leur vie. Il s’agit plus de perceptions de leur vécu, des récits de vie à partir desquels j’ai fait mes analyses. Mais on connaît certaines influences néfastes : quand les décisions de placement ont été mal comprises par les enfants, quand il y a eu beaucoup d’allers-retours, entre placement, retour en famille, suivi d’un autre placement qui peut causer un sentiment d’abandon ou d’échec. Elles ont plus de difficultés à se maintenir, à mener une vie conjugale et professionnelle paisible.

Pourquoi protège-t-on un enfant en France ?

Parce qu’il n’est plus en sécurité dans sa famille, que ce soit un danger ou un risque de danger. La famille n’est plus capable, pendant un temps plus ou moins long, d’assurer sa protection. Selon une décision judiciaire (dans quatre cas sur cinq) ou administrative, ou un contrat passé entre les parents et l’aide sociale à l’enfance, ces jeunes partent en famille d’accueil, en foyer, à l’hôtel…

En général, jusqu’à quel âge sont-ils protégés ?

À 18 ans, la coupure est nette. La moitié des jeunes placés partent à 18 ans pile. Est-ce que ces jeunes-là vont sortir de la même manière et s’insérer de la même manière que des jeunes qui sortent à 19, 20, 21 ans ? C’est ce que nous allons essayer de voir. Les filles bénéficient plus souvent d’un contrat jeune majeur [qui permet de prolonger le placement après la majorité], alors que les garçons sont plus nombreux parmi l’ensemble des jeunes placés (55 %).

Il est de plus en plus difficile pour les jeunes de rester après 18 ans : les politiques prévoient de moins en moins d’argent pour cette période-là, et les conditions sont très précises : pour prolonger sa protection, les jeunes doivent écrire de longues lettres de demande [lire un article de Petit-Gats et Guimard sur ce sujet], ils doivent suivre une formation, ils doivent se tenir à carreau, avec l’objectif de s’autonomiser (savoir ce que veut dire « s’autonomiser » étant une autre question…)

Le contrat jeune majeur est donc plutôt destiné à ceux qui sont déjà bien partis pour s’en sortir ?

Ceux qui sortent précocement sans contrat peuvent avoir plus de difficultés (c’est l’une des hypothèses que nous allons vérifier dans notre étude). D’autant que, qu’ils sortent à 18 ans ou à 21 ans, la famille n’est que très rarement là pour prendre le relais. Ces jeunes sont en rupture familiale, notamment à cet âge-là. Les jeunes femmes reprennent contact avec leurs parents plus tard, souvent quand elles ont un enfant. Mais pour la période qui suit, il n’y a pas grand-chose. Les jeunes ont souvent connu un retard scolaire, ils sont orientés vers des diplômes courts qui ne sont pas forcément adaptés à leur vie privée.

Les aides et les politiques sociales envers la jeunesse sont très faibles. Elles reposent beaucoup sur les revenus des parents. Jusqu’à 25 ans, le RSA est sous condition de maternité… Les jeunes vont devoir s’en sortir par eux-mêmes.

Pourquoi cet âge est-il si difficile ?

Le passage à l’âge adulte des jeunes en général est un phénomène maintenant bien étudié par les sociologues de la famille et les démographes : il s’agit non pas d’une coupure nette, mais d’une succession de passages : de la vie avec les parents à un logement personnel, le passage de l’école à la vie professionnelle, le passage du statut d’enfant à celui de parents. Ces passages sont désynchronisés (selon le terme d’Olivier Galland), les allers-retours sont possibles : à la suite d’une séparation avec une petite amie, il arrive qu’on rentre au bercail. Pour les jeunes placés qui, à cette période de la vie, n’ont que peu ou pas de lien avec leurs parents, la sortie de l’aide sociale à l’enfance marque souvent une scission nette entre le statut d’enfant et celui d’adulte.  Cette sortie arrive autour de 17 et 21 ans dans la majorité des cas. Si l’on compare avec les autres jeunes, l’âge à la « décohabitation » est plus tardif, la plupart sont encore étudiants. Ici ces jeunes n’ont pas le choix. D’autant qu’entre 21 et 25 ans la majorité des aides sont sous conditions de ressources des parents ou de maternité/paternité.

Quels chiffres a-t-on pour le moment sur les jeunes placés ?

Après ma thèse, je suis allée travailler à l’Observatoire de l’enfance en danger. J’ai voulu faire l’inventaire de toutes les sources chiffrées. Pour finir, j’ai rédigé un rapport qui prouvait qu’on regardait tout et rien, et qu’on ne pouvait rien sortir des chiffres qu’on avait. Depuis la loi de 2007 et le décret de 2009, l’Oned est en train de mettre en place une base de données, mais sa mise en place demande du temps, que je n’avais pas…. J’ai donc procédé autrement.

Des études ont quand même déjà été faites ?

En France, nous avons plutôt une tradition d’études sur le devenir à long terme des anciens placés… Ma thèse fait partie de ces travaux. Même si je voyais bien que les parcours chaotiques avaient eu plus de mal à s’en sortir, j’avais du mal à identifier les liens de causalité.

J’ai fait une étude critique de ces travaux en 2008 avec Annick-Camille Dumaret : ces études dites monographiques (souvent reliée à un seul lieu de placement) ont le désavantage de se centrer sur cette dernière prise en charge. Pourtant, il vaut mieux étudier les trajectoires familiales et de prise en charge, plutôt que de travailler sur le dernier placement, comme si le parcours du jeune avait été homogène. Dans l’ensemble, ces études à long terme apportent des résultats positifs sur le devenir des jeunes placés, mais elles ne s’appuient que sur le dernier placement. On ne peut pas vraiment comparer les études entre elles, à part sur certains résultats : le fait qu’il vaille mieux sortir d’une famille d’accueil que d’un foyer, ou encore le fait que la sortie soit souvent vécue comme un lâchage institutionnel… Même là, il faut prendre des précautions : on ne place pas la même population en famille d’accueil ou en foyer. De plus, on retrouve rarement plus de la moitié des personnes. Qu’est devenue l’autre moitié ?

Vous avez donc essayé d’étudier ces trajectoires de plus près…

Mon idée était de dépasser l’aspect monographique pour mieux voir les différents modes de prise en charge et mettre un zoom sur le temps de la sortie de prise en charge. Encore faut-il savoir à quel âge les jeunes sortent : sans observations quantitatives, pas moyen de le savoir. D’où la mise en place d’une étude sur les trajectoires de prises en charge d’une cohorte d’enfants nés au milieu des années 80 et ayant tous été placés (étude financée par la Mission recherche genre et politiques sociales, avec S. Boujut, Didier Drieu et Marie Plagès). Nous avons reconstitué plus de 800 trajectoires de prise en charge. Nous avons regardé les motifs d’entrée, les motifs de sortie et les maltraitances révélées en cours de prise en charge dans les dossiers de l’aide sociale à l’enfance et des tribunaux pour enfants, histoire de comprendre plus précisément qui était cette population.

L’ANR était donc la suite logique de cette étude-là ?

Maintenant que nous savons à peu près quand est-ce qu’ils sortent, notre étude porte sur les 17-21 ans, avec un échantillon représentatif des jeunes protégés. Nous ne nous fixons plus sur un établissement, mais nous allons prendre des jeunes au hasard dans tous les établissements, à partir d’une liste de tous les jeunes placés à ces âges auprès des services de l’aide sociale à l’enfance de plusieurs départements.  Nous sommes déjà en train de préparer des partenariats avec certains de ces départements.

Les enquêteurs vont voir ces jeunes-là directement dans leur lieu de placement, pour leur faire passer un questionnaire sur leurs conditions de vie et leur préparation à la sortie. Ils leur poseront des questions sur leur cursus scolaire, leur entrée sur le marché du travail, leur capacités et leurs difficultés à faire certaines choses, leurs conditions de vie sur leur lieu de prise en charge, leur entourage… Nous éviterons simplement de leur demander les motifs de leur arrivée en placement, parce que c’est un sujet trop sensible pour une discussion d’une heure.

Comment expliquez-vous aux jeunes ce que vous faites ?

Chacun se présente différemment. J’explique que je suis chercheur (pas chargée de recherche !) qui travaille sur les jeunes placés. Je dis volontairement placés et pas accueillis, le terme de l’aide sociale à l’enfance. Je leur dis que j’aimerais savoir leur ressenti de leur parcours de prise en charge, et si je vais voir des gens plus adultes, je dis que j’aimerais savoir ce qu’il s’est passé depuis. Je leur dis toujours que ça ne leur servira pas à eux, et que je n’ai aucune idée des conséquences de mon étude sur les politiques. C’est très important, parce qu’il ne faut pas les décevoir. Je suis très bien reçue, dans l’ensemble, dans un esprit de contre-don (on m’a donné, donc je donne) ou de revendication (je n’ai pas apprécié le placement du tout, j’ai enfin un espace de parole) et en fin d’entretien, quand je les remercie, ils répondent très souvent : « Si ça peut aider… »

Aider… à changer les choses ?

Pourtant, je leur redis bien que ce n’est pas moi qui vais changer le monde ! Je ne fais pas des études pour changer les lois, je suis relativement neutre de ce côté-là. Je ne raisonne pas pour savoir ce qui est bien ou pas bien, mais je voudrais juste qu’on évite les clichés, et il y en a sur la protection de l’enfance ! Je voudrais qu’on remette l’étiquette de l’enfant placé à sa juste valeur…

Quels sont ces clichés ?

Les clichés, c’est qu’ils sont perdus d’avance ! Combien de jeunes adultes m’ont dit « mon éducateur m’a dit que je deviendrais prostituée, etc. » alors que pas du tout. La plupart des gens ont peu d’espoir dans le devenir de ces jeunes, c’est très accablant. Ils doivent se construire avec ces images-là.

On pourrait penser que les éducateurs portent quand même moins de clichés…

Mais les éducateurs et les professionnels sociaux revoient surtout ceux qui ont des difficultés. S’il leur arrive de récupérer les enfants de jeunes dont ils se sont occupés, ils s’en souviendront. Il y a un effet de loupe. Ils n’ont que rarement de nouvelles des jeunes qui s’en sortent, et qui sont nombreux à être bien établis tranquillement, avec une famille, un boulot…

Donc si on passe par les éducateurs pour retrouver des jeunes sortis, on risque d’apprendre plus d’histoires désespérantes que la réalité ?

Quelque chose m’a sauté aux yeux, dans le foyer où j’ai fait ma thèse : ils voulaient continuer d’aider les jeunes après leur départ. Au sein du foyer, à l’endroit où vivaient les jeunes filles de 16-21 ans, ils ont créé un « service de suite » : une assistante sociale s’occupait des jeunes qui avaient quitté le foyer mais qui allaient mal. Les jeunes filles y revenaient dans les moments difficiles… Comme vous et moi, elles vont très bien à certains moments, très mal à d’autres. Mais les jeunes filles qui habitaient là voyaient surtout celles qui allaient mal. Heureusement, pour faire la part des choses, il y avait un barbecue annuel où les familles venaient présenter leur nouvel enfant, et là l’échange était joyeux. Mais le fait de drainer au même endroit les jeunes qui allaient mal, ça donne une vision déformée de la réalité.

À qui peut-on comparer ces jeunes, pour savoir s’ils s’en sortent bien ?

Il y a un vrai problème de comparabilité. On ne ferait pas ce genre d’études sur le devenir des jeunes qui grandissent dans le XVIe arrondissement de Paris. Quand j’ai transmis les résultats de ma thèse aux professionnels, j’avais des bouches bées : les jeunes n’allaient finalement pas si mal que ça ! On m’a rétorqué que les 50 % que je n’avais pas vus, c’était ceux qui n’allaient pas bien. Je leur ai répondu que je ne pouvais pas le savoir. Certains ont pu partir très loin de tout ça : certaines jeunes femmes m’ont dit : non, ma vie va très bien, je n’ai pas du tout envie de replonger dans mon passé. Est-ce bon signe ou mauvais signe de ne pas vouloir regarder son passé, je ne sais pas, mais en tous cas ce n’est pas une preuve de malaise. La vulnérabilité, il faut l’observer dans le temps.

Propos recueillis par Clara Tomasini

Pour en savoir plus…

In-ELAP : étude longitudinale sur les adolescents placés : inégalités des conditions de vie et de sortie de l’aide sociale à l’enfance

In-ELAP est une enquête quantitative par questionnaire auprès de 1 500 jeunes, représentatifs en âge, en sexe et en lieu d’accueil, de jeunes de 17 à 21 ans protégés par l’aide sociale à l’enfance dans une dizaine de départements. Les chercheurs travailleront à partir des questionnaires que 68 enquêteurs iront leur faire remplir dans les foyers, sur leur entourage, leurs conditions de vie et de préparation à la sortie. Deux séries de questionnaires seront remplis fin 2013 et fin 2014. Par ailleurs, une dizaine de chercheurs vont suivre 150 jeunes de plus près pendant cinq ans, par des entretiens qualitatifs. L’ANR finance plus de la moitié de cette enquête, qui est également soutenue par la Direction générale de la cohésion sociale et la Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques du Ministère des affaires sociales et de la santé. Mais la recherche de financement n’est pas terminée. Les résultats donneront lieu à un ouvrage collectif et des articles.

L’enquête a un versant canadien : une équipe de cinq chercheurs du Québec, coordonnée par Martin Goyette, est en train de préparer une étude sur les sorties de placement. La méthode d’enquête sera sensiblement la même et un tronc commun aux deux vagues d’enquêtes permettra des comparaisons franco-québécoises, alors que le système de protection de l’enfance et les politiques envers la jeunesse sont sensiblement différents.

À lire gratuitement :

[PDF] Frechon, I., Marquet, L., & Séverac, N. (2011). Les enfants exposés à des « violences et conflits conjugaux ». Parcours en protection de l’enfance et environnement social et familial. Politiques sociales et familiales(105), 59-72.

Frechon, I., & Callu, E. (2009). De la prise en charge à l’autonomie… difficiles parcours de jeunesses, Introduction. SEJED, 8.

À lire ailleurs :

Boujut, S., & Frechon, I. (2009). Inégalités de genre et protection de l’enfance. Revue du Droit sanitaire et social(6), 1003-1015.

Frechon, I. (2013). Processus d’entrée et de sortie d’une situation de vulnérabilité. Le cas des « enfants placés » et des « sans-domicile ». In M. Bresson & al. (Eds.), Les Vulnérabilités (pp. 13). Fribourg: Presses Universitaires  de Fribourg (accepté).

Frechon, I., & Dumaret, A.-C. (2008). Bilan critique de 50 ans d’études sur le devenir des enfants placés. Neuropsychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, 5(3), 135-147.

Issenhuth, P., Vivier, G., & Frechon, I. (2010). Concilier les droits de chacun : une éthique en dynamique. Enquête auprès de mineurs protégés. In S. Laurens & F. Neyrat (Eds.), Enquêter : de quel droit? Menace sur l’enquête en sciences sociales (pp. 320). Paris: Croquant.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">