Les mondialisations par le bas (troisième épisode du colloque)

Il est bien loin, le temps où nous étions convaincus que tous les échanges commerciaux et humains passaient par le Nord, Europe ou Amérique. La mondialisation, c’est aussi les échanges entre petits entrepreneurs ou marchands de détail, et les migrations individuelles. La preuve par trois études de cas très précises… Qui ne sont pas pour autant situées à un seul endroit. Que faire alors, s’en tenir à un lieu ou suivre son sujet de pays en pays ? Voici le troisième épisode du compte rendu du colloque « Les sources de la mondialisation » (lire le premier épisode ici et le deuxième épisode là), avec l’intégralité des enregistrements audio du jeudi 20 septembre au matin.

Olivier Pliez : les routes discrètes de la mondialisation

Comment un spécialiste du Sahara peut se retrouver en Chine, alors qu’il ne parle pas le chinois ? En suivant, non plus la route de la soie, mais les routes des conteneurs maritimes, de Shanghaï et Singapour à Dubaï et au Caire, comme l’a fait Olivier Pliez, qui se définit comme « un géographe qui aime bien travailler avec les socio-anthropologues ». Olivier Pliez est directeur de recherches CNRS au laboratoire interdisciplinaires sociétés, solidarités, territoires (Toulouse). Consulter son profil universitaire en cliquant ici ou lire son article « Des jeans chinois dans les rues du Caire, ou les espaces discrets de la mondialisation » en cliquant là.

Écouter l’intégralité de son intervention : Suivre des routes discrètes de la mondialisation, une approche géographique multisituée.

Hélène Le Bail : qui sont les Chinois qui s’installent au Japon aujourd’hui ?

Alors que des manifestations « anti-japonaises », aux origines contestées, rappellent la complexité des relations entre les deux pays, Hélène Le Bail cherche à aller au-delà des idées préconçues sur une mondialisation parfaitement encadrée. La population chinoise au Japon est très peu visible. Pourtant, elle est passée en 25 ans de 50 000 résidents déclarés à 700 000 aujourd’hui, sans compter les naturalisés Japonais. Il s’agit de migrations étudiantes et de migrations de mariage. Des femmes venues de Chine, en espérant améliorer leur statut social et devenir des citoyennes cosmopolites, libres de se déplacer. Ce qui n’est pas toujours le cas. Hélène Le Bail est chercheuse CNRS à la Maison franco-japonaise de Tokyo.

Écouter l’intégralité de son intervention : Mobilités transnationales dans un contexte de récessions démographique et économique, le cas des Chinois au Japon.

 

Carlos Alba Vega : la petite mondialisation des marchés de Mexico

Loin de Wall Street et du FMI, il existe également une mondialisation par le bas, la mondialisation des échanges de biens et de populations à petite échelle, informelle et pas toujours légale. C’est la mondialisation des petits entrepreneurs de Mexico,  avec ou sans papiers, qui échangent des objets venus du monde entier, dans des valises et à bord des autobus. Dans un tel système, les leaders ne sont pas décrétés par le système, mais ils surgissent de la nécessité d’organiser le travail. Carlos Alba Vega est chercheur au centre d’études internationales du Colegio de Mexico, associé au Cadis.  Il nous présente le cas concret des petits entrepreneurs de Mexico, qui sont souvent des entrepreneuses.

Lire son article : La mondialisation par le bas et ses formes de régulation politique, paru dans la revue Tiers Monde (2011)

Écouter l’intégralité de son intervention : Globalisation par le bas et enjeux politiques à Mexico

Comptes rendus réalisés par Clara Tomasini,
avec Lamia Missaoui, Olivier Roueff et Thomas Brisson.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *